La seule revue de web sans la grande enquête de Laurence Ferrari annonçant à une France en pleurs "Oui, jsuis candidat".

 

Voyage dans la Syrie de Bachar : Une soirée à "l'Oxygène" (Le Nouvel Observateur)

Quand les manifestations contre son régime ont commencé, Bachar el-Assad a décidé de plus ou moins interdire le journalisme, à l'exception de quelques voyages organisés. Ce n'est pas comme si la presse était vraiment libre avant, mais une chose est sûre : depuis cette décision, la Syrie est devenue le lieu de villégiature préféré des reporters. Pour le dernier numéro du Nouvel Obs, Sara Daniel a donc sillonné le pays dans tous les sens pour livrer la photographie la plus complète de ce pays complètement baisé. Le site de l'hebdo publie l'article paragraphe par paragraphe, le deuxième nous plongeant dans l'univers surréaliste d'une soirée branchée de Damas.

 

Hongrie : sur la route des Roms, milices et extrême droite (Bakchich)

Mort puis ressuscité, Bakchich est revenu sur terre avec la même recette faite d’enquête et de satire mais avec une pincée de reportage pour relever le plat. On les soupçonne quand même d’avoir juste voulu se prendre des vacances dans un bled paumé de Hongrie pour écouter un gros beauf de maire leur expliquer que la criminalité des Roms est quelque chose de scientifique et que les journalistes sont tous des drogués. Mais on ne les en blâmera pas.

 

Greece riots aftermath (The Star)

Rien de tel qu’une bonne émeute urbaine pour faire de belles photos et pour filer du boulot aux pompiers et aux vitriers. Les Grecs l’ont bien compris et, pour aider leurs députés à relancer l’économie, ils ont décidé de tout raser pour tout reconstruire. On a déjà vu et revu les photos des immeubles en flamme, The Star nous offre ici un portfolio du lendemain, quand les Hellènes ont découvert une ville pas comme les autres.

 

En Irak, le jour d'après (Washington Post)

Anthony Shadid, reporter pour le New York Times, s'est écroulé jeudi dernier à la frontière syrienne. Victime d'une crise d'asthme alors qu'il tentait de rentrer clandestinement en Syrie, le journaliste américain d'origine libanaise est mort sur le terrain, en première ligne. La meilleure manière de parler de ce spécialiste du Moyen-Orient est encore de lire un des articles qui lui ont valu le prix Pulitzer 2010. Dans "Irak, le jour d'après", Shadid réussissait en quatre pages bien serrées à offrir une vision de l’Irak d'après guerre, une remise en contexte historique, un cours d'architecture, quelques références culturelles irakiennes et une leçon de grand reportage. Rest In Peace.

 

Électrosensible (France Culture / Les pieds sur terre)

Un titre de groupe d'électro big beat allemande pour un documentaire radio doux, dur et dingue. Anne vit dans une grotte car elle ne supporte plus les ondes qui envahissent le monde extérieur, le notre en fait, et qui l'obligeaient à se taper des trajets Paris - Dijon dans le coffre d'une voiture avec une couverture de survie sur la tête pour éviter la torture des antennes relais. Forcément, elle est plus tranquille dans sa grotte, où les pieds sur terre ont été la voir. Sans chercher à broder autour d'un potentiel scandale scientifique que de toute façon on voit mal les monopoles du téléphone portable laisser éclater, mais en racontant simplement l'histoire un peu folle de de cette ancienne femme de chambre. Un reportage avec quatre pulls sur le dos.

 

La rédaction

Forbidden

You don't have permission to access /index.php on this server.

La photo à la une

La fin de l'espèce (Gaëlle Pitrel)